Joyeux Noël !

Préparer Noël en famille, avec la pédagogie des liens !

Noël arrive, avec son parfum de cannelle, de girofle, de sapin, de vanille, ses images chaleureuses, les guirlandes, les bougies, la famille réunie … L’occasion pour moi de me replonger dans le trésor de la pédagogie du père joseph Kentenich, et plus particulièrement, de sa pédagogie des liens.

Vous vous souvenez ? Je vous ai parlé, il y a quelque temps, des 5 étoiles de la pédagogie de Joseph Kentenich : la confiance, les liens, les idéaux, le mouvement et l’alliance.

Joyeux Noël !

Joseph Kentenich et le drame de l’homme moderne

Il y a cent ans, Joseph Kentenich avait déjà perçu le danger qui guettait notre société contemporaine : la perte des liens. Il voyait monter une société collectiviste et mécaniste, et a formulé une réponse très concrète aux besoins de son temps et du nôtre : la pédagogie des liens.

Il faut dire que ce pédagogue, cet homme, a expérimenté très tôt dans sa vie le manque de liens, et la douleur de grandir dans une institution froide. Joseph est né dans des circonstances très dures à l’époque, fils d’une mère célibataire et d’un père qui n’a jamais voulu le reconnaître. Il a passé ses premières années avec sa maman, qui travaillait dur, et ses grands parents. Mais ensuite, très jeune, il s’est retrouvé dans un orphelinat à la pédagogie autoritariste et violente.

Joseph a fait preuve d’une extraordinaire résilience, et lorsqu’il est devenu à son tour professeur et éducateur, il a créé une pédagogie tout-à-fait inédite dans l’Allemagne du début du XXème siècle, centrée sur les cinq étoiles citées plus haut, dont celle, justement, des liens.

La perte du lien

L’homme moderne est un homme isolé. Nous sommes paradoxalement bien seuls, même si en apparence, nous sommes tous en permanence reliés au reste du monde par une quantité vertigineuse de liens virtuels. Aux antipodes de cette toile d’araignée numérique qui tend à nous disperser, à nous distraire, la pédagogie du lien aspire à une intégration pleine de la personnalité.Elle espère, et travaille à relier, à unifier toutes les dimensions de la personnalité. Il s’agit pour nous d’être un, d’être complet, de développer l’intégralité de notre être et de notre mission.

réseaux sociaux - la solitude de l'homme moderne

Recréer le lien

Comment accompagner la croissance de nos enfants pour qu’ils deviennent des hommes et des femmes intérieurement reliés, unifiés, et de ce fait capables d’aimer, de tisser des liens solides avec les autres personnes, avec les lieux, les objets, les idées, avec Dieu? En effet, ce qui rend les liens solides, forts, stables, libres, c’est la force fondamentale de l’amour, sa réciprocité, son donner et recevoir. Comment, dès lors, accompagner nos enfants pour qu’ils puissent vivre cette qualité de liens, et contribuer à renouveler le Monde vers plus de liens, vers de meilleurs liens?

Voici quelques pistes que nous propose le père Kentenich.

La pédagogie des liens

Les liens aux personnes

Dans ce monde où abonde la communication, mais où manquent cruellement les liens, ce sont les liens aux personnes que nous allons en premier lieu soigner et nourrir. Comme parents, nous pouvons et devons veiller à tisser dans notre famille des liens de qualité.

Cela passe par des choses toutes simples, inviter, accueillir chez nous les amis, collègues, grands-parents … Ouvrir notre foyer, notre maison, nous permet de tisser tout un réseau de relations vraies, profondes.

Et puis, dans notre relation avec nos enfants, la pédagogie du lien consistera d’abord à être vraiment personnel dans la relation.

Pour Joseph Kentenich, nos relations avec nos proches comportent trois dimensions : « L’un dans l’autre, l’un avec l’autre, l’un pour l’autre ».

L’un dans l’autre

Nos enfants se sentent-ils aimés de nous? Est-ce qu’ils savent qu’ils ont en permanence une place spéciale dans le coeur de leurs parents, est-ce qu’ils l’expérimentent ?

Comment inventer des moyens de montrer à nos enfants la place qu’ils ont dans nos coeurs? Quand nos enfants partent quelques jours, au camp, en voyage … j’aime leur glisser un petit mot ou une petite surprise dans leur sac : « Je pense à toi même quand tu es loin ! »

Quand nous parvenons – coup de chance ! – à faire à un enfant une petite attention vraiment personnelle, quelle joie ! Quel sentiment précieux pour lui, de savoir que ses parents le connaissent, de cette connaissance du coeur que seul l’amour rend possible !

Et puis, nous avons une habitude qui fait que nos enfants sont ancrés très profondément dans nos coeurs. C’est que nous prions pour eux chaque soir, avant de nous endormir. C’est tout simple, nous ne leur en parlons pas souvent, mais ils le savent. Et ça aussi, c’est un lien très particulier entre eux et nous.

L’un avec l’autre

Noël est toujours pour moi un moment précieux pour vivre de beaux moments en famille. Décorer la maison, installer la crèche, préparer des biscuits de Noël … Même les activités qui en temps normal paraissent puériles à nos aînés ont au moment de Noël une connotation différente, peut-être parce que celui qui nous unit est justement un tout petit enfant?

Je suis toujours impressionnée quand les enfants commencent à parler de leurs souvenirs d’enfance. Comme les moments de complicité familiale sont importants pour eux ! Voyages, jeux, chansons, histoires lues à haute voix par papa et maman … Tout cela s’engrange dans la mémoire profonde, et vient tisser un nid de sécurité affective, de confiance.

Dans notre famille, nous avons très tôt pris l’habitude d’organiser régulièrement des « conseils de famille », lors desquels chaque membre de la famille peut exprimer ses préoccupations, projets, questions, désirs … Et nous avons constaté que depuis 15 ans, à peu près à chaque conseil de famille, nos enfants apportent le même sujet en priorité : fixer les dates des prochaines « journées tout seul ». La « journée tout seul » est une tradition chez nous, c’est un moment extraordinaire d’un enfant avec un parent, juste à eux deux. Et si nous les oublions, les enfants  ne tardent jamais à nous les rappeler !

pédagogie des liens - Don Bosco

L’un pour l’autre

Voilà un moyen tout simple, mais parfois bien exigeant, d’éduquer nos enfants dans le sens de la pédagogie des liens : leur montrer par nos actes que nous les aimons ! Qu’ils passent avant toutes sortes de préoccupations et de distractions ! Montrer à mon enfant que je pose mon smartphone pour l’écouter et lui donner mon entière attention ; répondre concrètement à ses demandes d’aide, de service, de réconfort. En bref, me mettre à son service.

Joseph Kentenich : éduquer, c'est servir la vie
"Eduquer, c'est servir la vie de façon désintéressée." Joseph Kentenich

Quel défi parfois, dans notre société qui valorise si peu le service désintéressé ! Dans ce monde ou tout a un prix, il est tellement essentiel que nos enfants sachent que l’amour que nous leur donnons n’a pas de prix, qu’ils n’ont aucune dette envers nous, que vraiment, leurs parents sont à leur service, gratuitement, que l’amour est inconditionnel ! Entraînons-nous à donner gratuitement, et sans compter ! Le bonheur dans notre famille sera à la hauteur de notre générosité !

Dans notre famille, nous avons adopté à Noël la tradition de la « cacahuète » : Chacun pioche le prénom d’un membre de la famille, et lui prépare en secret un cadeau pour le soir de Noël. Seul impératif : l’investissement en argent ne peut pas dépasser 5 euros. Chacun va donc s’efforcer de dénicher, ou de fabriquer un cadeau qui ne coûtera pas cher, mais qui fera plaisir. Pour moi, cette petite tradition est un bol d’air, un moment magique dans notre quotidien. Un petit rappel de la gratuité de l’amour, un appel à la créativité dans l’attention à l’autre.

Et vous?

Et vous, avez-vous des traditions familiales qui font de Noël un moment spécial qui renforce les liens dans votre famille? Avez-vous des pistes à nous partager pour cultiver les liens, pour vivre toujours plus « l’un dans l’autre, l’un avec l’autre et l’un pour l’autre » ?

Pour aller plus loin …

Après les liens aux personnes, Joseph Kentenich nous invite aussi à cultiver en famille les liens aux lieux … Autre sujet qui vaudra la peine d’être creusé ! On en reparle la prochaine fois !

D’ici-là, je vous souhaite de tout coeur un joyeux Noël, plein de moments précieux et de liens très forts avec tous ceux que vous aimez !

Joyeux Noël sous l'Olivier
"L'homme dégénérerait sans l'enfant qui l'aide à s'élever. Si l'adulte ne se réveille, peu à peu, une dure écorce le recouvrira et le rendra insensible." Maria Montessori

Add A Comment