Gérer les écrans en famille

Ah quelle question ! Elle revient régulièrement chez les parents unschoolers, et pour cause : Si je laisse à mon enfant la liberté de disposer de son temps, et si par ailleurs je lui laisse l’accès aux écrans, que va-t-il lui arriver ?

Surtout, ne prends pas cet article pour une parole d’experte ! Ce sont juste quelques pistes de réflexion d’une maman en chemin, qui cherche elle-même jour après jour comment s’adapter à l’environnement numérique, lui-même constamment en évolution.

Je n’ai pas d’idée préconçue sur les écrans, pas de théorie, rien qui me permettrait de te dire : voilà la recette. En 20 ans de parentage, nous avons connu dans notre famille à peu près tous les cas de figure. La télé, puis pas de télé. Pas de télé, mais des DVD. Pas d’ordinateur, puis l’ordinateur mais très limité, l’ordinateur « scolaire », l’ordinateur « autogéré », l’ordinateur de nouveau limité mais moins strictement … Que conclure de toutes ces expériences ?

Les écrans en famille, quelques observations en vrac:

L’ordinateur « autorégulé »

Avec nos enfants, ça n’a pas donné grand-chose … je ne pense pas qu’on puisse si facilement s’autoréguler face à l’écran. C’est un peu comme vouloir autoréguler la consommation de sucre tout en gardant sur la table de la cuisine un panier de bonbons … J’ai lu des expériences très positives de « radical unschoolers » par rapport à la politique « no limit » à l’égard des écrans, mais notre expérience familiale n’a pas confirmé ces échos.

L’ordinateur scolaire

Pour moi, c’est une vaste blague. Tous les programmes informatiques testés par nos enfants se basent sur un système de récompense, la carotte, généralement un petit jeu stupide qu’on gagne en obtenant un certain nombre de points. Lamentable. Et très rapidement contournable par nos enfants, qui trouvent très vite le moyen de ne consommer finalement que la dite carotte et pas du tout son emballage pédagogique.

L’ordinateur comme source d’informations

Pour préparer voyages et excursions, pour répondre à une question qu’on se pose, traduire un mot qu’on ne comprend pas … Quel trésor ! Merci Google, merci Wikipédia et compagnie !

Pas d’ordinateur

C’est une posture à mon sens difficilement tenable dans le monde actuel. Nos enfants vivront dans un monde numérique, c’est un fait. Autant qu’ils apprennent progressivement avec nous à évoluer dans ce monde, plutôt que de se prendre tout en pleine figure quand ils quitteront le nid.

Chez nous, le smartphone arrive à 16 ans

Et l’ordinateur personnel à 18. Bien, pas bien ? Je ne sais pas, ça semble convenir à tout le monde, donc on reste fidèle à l’idée, jusqu’à nouvel ordre… La vie sans école ne rend pas nécessaire la possession précoce d’un GSM personnel. Et comme l’une de nos enfants a été opérée petite d’une tumeur au cerveau, nous sommes très sensibles à la question de l’impact de toutes ces ondes sur les jeunes cerveaux. Question difficile s’il en est, puisque nous sommes bien conscients que nos enfants baignent malgré tout dans des bains d’ondes effrayants …

Ne rêvons pas.

Nos enfants sont très vite bien plus forts que nous en matière d’informatique ! Le seul contrôle parental qui fonctionne s’appelle dialogue, confiance, relation … C’est le seul qui ne peut pas être hacké. Et quand il n’a pas fonctionné en préventif, il a le grand mérite de fonctionner en curatif. Quand le monde blesse notre enfant via le web, si nous avons pu construire avec lui des relations solides, il pourra venir se consoler et se reconstruire dans nos bras.

Et moi, quel est mon lien à l’écran ?

Quand je réfléchis à nos enfants et à leur vie numérique, je me retrouve toujours confrontée à la mienne. Difficile de m’autoréguler face aux notifications de mon smartphone, aux informations, aux fils d’actualités, aux whatsapp, wechat, skype … J’ai face à moi un immense travail d’autoéducation ! Si je renonce à faire ce travail sur moi-même, inutile de songer à influencer mes enfants dans ce domaine ! Et par ailleurs, j’ai moi-même de si belles relations en ligne ! J’ai rencontré via internet des personnes magnifiques, qui sont aujourd’hui de vraies amies, auxquelles je suis très attachée, et que je n’aurais jamais rencontrées dans un monde sans écrans. Et puis mon frère, ma sœur, mes enfants qui sont loin, quel joie de pouvoir communiquer à distance !

Gérer les écrans … Ma conclusion :

Toutes ces expériences m’ont amenée à démystifier les écrans. Ils sont dans ma vie et celle de ma famille un élément parmi d’autres. Quand ils commencent à envahir notre espace et notre temps, c’est un signe pour moi. Il est temps de nourrir un peu plus notre famille. Plus de relations, plus d’écoute, d’échange … De nouvelles explorations, expériences, découvertes … Dès que la vie redevient passionnante et dès que le réservoir émotionnel de remplit, les écrans reprennent leur juste place !

Et toi, quelle est ton expérience ? Qu’est-ce que ça donne dans votre famille ?

 

Save

Save

Save

Save

Add A Comment