Apprendre en famille : le témoignage de Donatienne

J’ai reçu dernièrement ce beau témoignage d’une jeune maman, qui m’a beaucoup touchée et que j’ai envie de vous partager, avec son accord, bien sûr.

« Mère de deux garcons, nous avons entamé l’instruction en famille après une longue réflexion qui est encore et toujours en chemin.

 

Nos enfants sont allés a l’école…et chaque jour, c’était larmes, stress et lourdeur pour tous. Que faire alors? Persévèrer dans une voie « masochiste » où enfants et parents cheminent avec des noeuds aux ventres ou se remettre en question et explorer d’autres horizons.

Nous avons, pour notre part, décidé d’aller a la recherche et d’explorer les sentiers moins tracés.

A force de rencontres, de visionnements de documentaires, de lectures, de discussions en famille, nous avons choisi d’entamer l’IEF…et l’aventure a commencé!

D’un seul coup, j’ai vu nos enfants devenir plus autonomes, plus souriants, plus confiants, plus ouverts sur le monde.

L’instruction en famille, ce n’est pas seulement instruire ses enfants et s’assurer qu’ils apprennent telle matière à tel moment…C’est d’abord le choix conscient d’accompagner les adultes de demain vers un chemin de vie harmonieux où l’écoute de soi pour vivre de manière épanouie est présente et où la rencontre, l’écoute des autres et l’expression juste pour vivre ensemble de manière respecteuse et heureuse s’apprennent au quotidien.

En matière d’apprentissages, si on ne prend que cet aspect là de l’instruction en famille, nos enfants ont la possibilités de s’initier à beaucoup plus de matières, de sports,de disciplines que s’ils étaient restés à l’école et de les partager avec des enfants et des adultes de tous âges. Ils ont donc la richesse de vivre une mixité beaucoup plus grande et de tisser des liens avec des gens de tous horizons.

Pratiquement, nous avons profité de la première année d’IEF pour, entre autres, rencontrer d’autres personnes faisant des choix similaires au nôtre et aussi pour visiter une série de musées tels que le Musée de l’espace, le Musée des sciences naturelles, l’exposition sur les pharaons qui était donnée au Cinquantenaire, Pairidaïza, le Pass à Frameries, etc. Nous avons également fait des activités en tous genres: des expériences chimiques, physiques, des sorties sportives, culturelles, etc. Autant de sorties et de temps de vie qui n’auraient pas eu lieu en une année d’école…ou si peu.

Pour notre deuxième année en IEF, nous avons organisé un voyage en vélo de la Belgique à la Sicile en passant par les Pouilles (sud de l’Italie). En sept mois de temps, les enfants sont devenus parfaitement bilingues, se sont confrontés à des réalités sans cesse différentes (des jeunes, des vieux, des enfants, des riches, des pauvres, des immigrés, des communautés chrétiennes, des communautés dites anarchiques, des milieux où l’écologie est mise en avant et des endroits si pollués qu’on se demande comment c’est possible d’avoir si peu de conscience écologique…).

Durant ces sept mois, nos enfants ont gravi des montagnes et longé les bords de mers les plus somptueux. Ils ont compris pourquoi la mer était salée, entendu le brâme du cerf et ont appris qui était Annibale… ils ont appris la perséverance dans l’effort physique, l’accueil chaleureux d’inconnus mais aussi l’acceptation dans le refus…enfin, ils ont pu gouter à la confiance dans l’imprévu et la confiance en eux-meme.

Du coté des apprentissages pourtant, ils ne s’intèressent que très peu aux calculs, à l’écriture et à la lecture que nous leur forcons (en douceur bien sur) à pratiquer chaque jour…bien que nous cherchions les manières les plus agréables et créatives pour les apprendre…simplement parce que ce sont ces matières qu’un groupe de personnes à décidé qu’à huit ans il fallait maitriser.

Ces apprentissages sont pour nous, pour le moment, source de tensions et d’inquiétudes car nous sentons que nos enfants ne sont pas complétement matures pour les assimiler…un peu comme un fruits qu’on met sous serre pour qu’il grandisse plus vite…alors que nous voyons au quotidien qu’un apprentissage, quand il est pret, vient de lui meme avec joie et enthousiasme…comme ils ont appris à marcher, parler, faire du vélo ou de la balancoire, nos enfants peuvent entrenir des discussions sur l’Union Européenne, le Break-sit, les fractions, l’immigration, la formation de stalactiques, l’ecologie ou sur des tas d’expériences réalisées, …parce que tous ces thèmes les intéressent et qu’ils grandissent dans la vie en restant curieux, ouverts et heureux..mais aussi parce qu’on les laisse vivre librement leurs jeux d’enfants.

Dans notre choix d’instruction en famille, nous ne sommes jamais sûrs de faire le bon choix mais nous avons le mérite de faire un choix en conscience, de la manière la plus cohérente pour nous et de nous remettre en question fréquemment…et d’ainsi proposer aux enfants d’être pleinement acteurs du monde qui les entoure pour être, agir et construire ensemble le monde de demain de la manière la plus sereine possible… . »

Donatienne

Add A Comment